Projets 2014

Compte-rendu de la réunion du 25 septembre 2013 aux Moulins de Kerouat

Une quinzaine d’habitants et d’adhérents a participé à la réunion organisée par l’écomusée pour les projets de la saison 2014. Lors de cette réunion, six projets ont été présentés. Quatre d’entre eux supposait la participation des adhérents à travers la constitution de groupes de travail.
Les quatre projets concernés (traduction, exposition sur les femmes, recherches sur les jardins, réédition d’un guide de visite) sont présentés ci-dessous. Chacun d’entre eux a donné naissance à une discussion et à l’inscription des personnes présentes au sein des groupes de travail. Les personnes présentes ont particulièrement insisté sur l’importance de la prise en compte du breton dans les projets présentés. Les volontaires sont désormais conviés à des réunions de travail organisées de début octobre à début décembre.

Un nouveau projet a été proposé par Hervé Quéré, qui suggère de reprendre les travaux entamés lors de la création de l’écomusée sur l’étude du peuplement des Monts d’Arrée à travers l’évolution du parcellaire. Une réunion sera prochainement organisée pour mener à bien cette recherche.

Comptant sur l’inscription de nouveaux bénévoles, l’écomusée va faire parvenir aux adhérents un descriptif plus détaillé des recherches à mener et l’ordre du jour des prochaines réunions.

GROUPE « TRADUCTION »

Amélie et Mélanie

Dès le début de l’année 2013, un groupe de traduction du français vers le breton s’est constitué spontanément. Les traductions à son actif sont déjà nombreuses : affiches, dossier de presse, site internet, panneaux de signalétique. Le groupe a également effectué des relectures de traductions (panneaux de l’exposition temporaire), afin d’harmoniser le breton utilisé.

L’équipe ayant pris en compte trop tard le temps de travail nécessaire pour ces traductions, celles-ci ont souvent été effectuées dans des délais record. Les traductions ont également demandé l’aide de personnes extérieures (association KLT) ou de stagiaires bretonnantes.

Les supports de médiation ont été renouvelés dans leur plus grande partie durant la saison 2013 ; les traductions devraient en toute logique être moins nombreuses. Durant cette réunion, on essaiera d’évaluer la charge et le temps de travail des traducteurs pour 2014. Il s’agira alors de trouver une méthode pour répartir la charge de travail, sur l’année et au sein du groupe.

Date de la 1ère réunion : le mercredi 16 octobre, 18h

A l’ordre du jour :

Bilan de l’année 2013

Liste des projets de traduction de l’écomusée pour 2014

Liste des projets de relectures de traductions bretonnes à l’écomusée pour 2014

Organisation d’une relecture des supports de médiation de l’écomusée pour harmoniser le breton utilisé

Recherche d’une méthode de travail satisfaisante pour les traducteurs et l’équipe

 GROUPE EXPOSITION « FEMMES »

Amélie et Christophe

En étudiant l’histoire et l’actualité des femmes dans les Monts d’Arrée, l’écomusée tente de mettre au point ses connaissances sur l’histoire du territoire. Une exposition sur les femmes sera mise en place à partir de ces travaux de recherches en mai 2014, sur les sites de Kerouat et de Cornec.

Ce domaine de recherche est très large, d’autant qu’il englobe toutes les femmes des Monts d’Arrée, toutes professions et générations confondues. Le nombre d’enquêtes de terrain que pourra mener l’écomusée pourra donner des résultats divers. Si les enquêtes sont assez nombreuses, il sera possible d’interroger non seulement la spécificité des femmes des Monts d’Arrée par rapport aux autres territoires du Finistère, mais également les spécificités des anciens micro-territoires compris dans les Monts d’Arrée. L’étude pourrait également mener à s’interroger sur les ruptures et transmissions entre générations, particulièrement soulignée dans l’histoire des femmes et pertinente dans le cadre du projet de l’écomusée.

Le contenu de l’exposition sera constitué par les résultats d’un grand collectage mené par l’équipe et les adhérents. A l’aide d’un questionnaire d’enquête et d’une méthode de collecte mis au point lors d’une première réunion, le groupe de travail disposera de quelques mois pour aller à la rencontre de femmes des Monts d’Arrée. Une réunion de mi-parcours permettra à tous d’échanger leurs impressions pour une première analyse commune des données ainsi recueillies. Un travail dans les archives pourra également être mené.

Dans un second temps, les enregistrements audio et vidéo, les photographies et les objets seront rassemblés à l’écomusée pour une analyse plus globale. Il s’agira alors de réfléchir à un parcours d’exposition révélant à la fois les continuités historiques dans l’histoire des femmes, les points communs dans le statut et le rôle des femmes rencontrées dans le domaine du travail, de l’éducation, du mariage ou encore de la religion ; mais également les discontinuités et ruptures, que celles-ci soient dues à des territoires, des générations, des éducations différentes ou à des personnalités à part. A travers les rencontres qu’ils ont menées, les bénévoles du groupe de travail seront amenés à souligner ce qui leur a paru important.

Le « montage » de l’exposition – englobant les travaux de montage vidéo et audio, la retranscription de passages audio, la fabrication de mobilier, l’achat de matériel muséographique, la communication – sera assuré par l’équipe de l’écomusée, mais pourra donner lieu à quelques chantiers pour les personnes volontaires.

Dans la mesure du possible, l’exposition temporaire sur les femmes devrait donner naissance à un catalogue d’exposition. La rédaction des textes, la photographie des objets ou encore le choix d’une maison d’édition seront également assurés par l’équipe de l’écomusée, laquelle pourra être accompagnée par ceux qui se porteraient volontaire. Ce projet autonome pourra être évoqué lors d’une réunion début 2014.

Si le travail de recherche sur l’exposition « femmes » donne naissance à un groupe de travail qui pourra suivre un projet de conception d’exposition du début à la fin, les adhérents qui n’en auraient pas le temps sont vivement invités à participer au projet de façon ponctuelle (en menant un ou deux entretiens dans un cercle proche, par exemple). Dans l’idéal, une partie des entretiens devrait être menée en breton ; les adhérents bretonnants sont également invités à participer.

 

Date de la 1ère réunion : jeudi 10 octobre à 18h

à l’ordre du jour :

Échange de contacts et d’idées

Mise au point d’un questionnaire d’enquête et réflexion sur la méthode de discussion à adopter

Mise au point d’une méthode de collecte d’objets

Définition des rôles entre l’équipe, les adhérents et les administrateurs

Organisation pratique et technique de l’enquête : fréquence de rendez-vous du groupe, partage du matériel de l’écomusée, questions diverses quant à l’utilisation de ce matériel

 GROUPE « JARDINS »

Laurent

Ce projet d’enquête sur les jardins est né de la création à l’arrière du presbytère de Saint-Rivoal d’un jardin potager, accompagné d’un poulailler, d’un rucher et du verger de conservation. L’ensemble est défini de manière temporaire comme « manse ». L’équipe de l’écomusée y a expérimenté une méthode de travail permettant d’établir un rapport entre temps de travail passé dans le potager, production et surface nécessaire.

Dans le cadre d’un projet réunissant plusieurs musées sur le thème des jardins (Abbaye du Relec, de Landévennec, musée de l’école rurale de Trégarvan), l’écomusée travaillera à partir de cette année sur l’aspect social du jardin.

L’enquête sur les jardins sera divisée en deux phases. Dans un premier temps seront collectées des connaissances pratiques : ce qui est cultivé dans les Monts d’Arrée, quelles variétés s’adaptent au territoire, quelle surface, le temps passé par chacun à l’entretien de son jardin.

Dans un second temps, une enquête sera menée sur la dimension sociale du jardin en milieu rural. On y questionnera l’urbanisation des jardins, les relations ville-campagne, la place du jardin dans le milieu rural et l’évolution de celle-ci, la place des méthodes alternatives et traditionnelles de jardinage ou encore la transmission de connaissances pratiquée aujourd’hui autour du jardin, avec une réflexion particulière sur les liens intergénérationnels.

Lors d’une première réunion, un formulaire d’enquête sera créé par le groupe de travail. Les connaissances collectées par la suite par les adhérents et membres de l’équipe seront restituées lors d’une animation durant la saison 2014. Le deuxième volet d’enquête donnera lieu à des journées à thèmes, lieux de rencontres entre acteurs du jardin social.

Date de la 1ère réunion : Lundi 25 novembre, « A la Sainte-Catherine, tout bois prend racine »

à l’ordre du jour :

Échange de contacts et d’idées

Mise au point d’un questionnaire d’enquête

 

GROUPE « REEDITION DES MOUEZH AR MENEZ »

Mélanie

L’écomusée bénéficie d’une aide financière du Conseil général du Finistère et de la DRAC Bretagne pour la réédition de deux « Mouezh ar menez », respectivement les guides de visite des Moulins de Kerouat et de la Maison Cornec.

Ces guides de visite ne sont plus en vente à l’écomusée depuis quelques années. Fréquemment réclamés par les visiteurs, ils leur permettront de compléter leurs connaissances sur les deux sites et de garder un souvenir de leur visite.

L’équipe de l’écomusée a décidé de reprendre les deux « Mouezh ar menez » pour les condenser en un seul ouvrage. Celui-ci ne se contenterait pas de présenter les sites bâtiment par bâtiment, mais proposerait une lecture complète du paysage des Monts d’Arrée à travers une documentation sur l’activité économique historique et actuelle du territoire, l’architecture rurale ou encore le costume. Les particularités architecturales des sites de Kerouat et Cornec illustreront ce propos, plus général, sur le territoire des Monts d’Arrée.

Les nombreux travaux de recherche, synthèses et documents de médiation qui ont été menés par l’écomusée constituent une masse de documentation qui allège de beaucoup le travail de recherche pour ce guide de visite. Un travail de confrontation des différentes informations doit cependant être mené. La recherche d’illustrations à travers les images d’archives du Parc naturel régional ou la prise de photographies sur les Monts d’Arrée constituera également une charge de travail importante.

Les adhérents voulant participer à ce groupe de travail seront amenés à relire attentivement les informations contenues dans l’ouvrage et à vérifier les contenus douteux. Dans un second temps, le guide de visite sera traduit en breton. En fonction de la charge de travail des bretonnants de l’écomusée, cette traduction pourra être transmise, en intégralité ou en partie, à des partenaires extérieurs. Il s’agira alors de relire cette traduction afin de l’harmoniser avec le breton employé à l’écomusée et plus largement sur le territoire.

Date de la 1ère réunion : jeudi 5 décembre, 18h

A l’ordre du jour :

Transmission des premiers textes

Réflexion sur le plan de l’ouvrage

Échanges et réflexions sur les points problématiques

 

GROUPE « ÉTUDE TOPONYMIQUE ET ÉVOLUTION DU PAYSAGE »

Hervé Quéré

L’objectif est d’alimenter une base de données qui contienne les noms de famille, les numéros et noms de parcelles, leur utilisation (terre, lande, jardin….), les dates de transmission de biens. Il faut aussi fabriquer une table qui établisse la continuité entre le cadastre de 1813 et celui de 1934.

Avec ça, on peut ensuite fabriquer des outils informatiques permettant de rendre compte :

de l’étendue du territoire de chaque village

de l’étendue et de composition des cultures autour de quelques villages à trois époques (1813, 1934 et 2013 : pour l’actuel, relevé à faire sur le terrain)

de la pérennité de certaines familles dans un endroit donné (stratégie de parenté)

des axes de circulation qui très différents d’aujourd’hui.

de la microtoponymie (évolution des noms de parcelles, également repère linguistique du breton pratiqué à St Rivoal)
S’il sera probablement nécessaire de repartir des documents de départ (les matrices cadastrales), il sera possible d’utiliser le travail de Françoise Gestin, qui a déjà fait une grande partie de cette recherche sur fiches manuscrites. Une première réunion en présence de Françoise Gestin permettra d’échanger autour des méthodes qu’elle a utilisées. A terme, les volontaires pourront alimenter la base de donnée depuis chez eux à l’aide d’un serveur internet restreint.

La création d’outils informatiques permettant de rendre lisibles ces informations et développer une offre pédagogique fera l’objet d’un second projet en partenariat avec des universités, à partir de septembre 2014 au plus tôt.

Date de la 1ère réunion : à définir

Ce contenu a été publié dans Nouvelles de l'écomusée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.